08 Jan 2019

Les Myiases Wohlfahrtia Magnifica

Le point sur la maladie

Agent responsable : Maladie due aux larves carnassières de la mouche Wohlfahrtia magnifica.

Taille  des asticots :  plus  gros que celui observé généralement dans notre région et dues à Lucilia sericata, d’une  longueur   dépassant 1 cm et d’environ 2 mm de diamètre, et recouverts d’un petit duvet.

Mode de contamination : larves qui sont pondues et déposées directement sur l’animal :

  • Ovin : au niveau des zones délainées : vulve et pieds principalement, mais aussi conduit auditif ou au niveau de plaies (de bouclage, suite bagarre entre béliers…)
  • Bovin : vulve , nombril des veaux, plaies de bouclage ou d’écornage… .

Les larves sont tassées les unes contre les autres et s’enfoncent profondément dans les tissus.
Symptômes : Les asticots étant fixés profondément dans les chairs, ils sont responsables de lésions en «galeries» creusées profondément.

En plus de la présence des asticots, on constate :

  • Myiases podales : boiterie sévère due à un pied déformé avec inflammation et surinfection fréquente,
  • Myiases vulvaires et du fourreau : prurit intense.


L’info en plus :
A l’automne 2016, face à cette épizootie, les professionnels de l’élevage et de la santé de la zone touchée (Charente, Vienne) ont décidé d’unir leurs efforts en travaillant en commun et en partageant leurs informations au sein du Comité de Pilotage (COPIL) Wohlfahrtia. Ce COPIL réunit les GDS de la Vienne et de la Charente (OVS Poitou-Charentes), les Chambres d’Agriculture de la Vienne et de la Charente, le Groupement Technique Vétérinaire (GTV) de la Vienne et des membres de la Commission Ovine de la SNGTV, le Pôle Santé Animale de l’Alliance Pastorale, l’ARO NA.

En 2017, la zone touchée s’est agrandie, la Haute-Vienne fait donc partie de la zone atteinte et a intégré le COPIL qui s’est réuni plusieurs fois en 2018 et poursuit ses travaux de recherches.

Les actions

consulter la fiche technique ovin

consulter la fiche technique bovin

 

DEMANDEZ CONSEIL A VOTRE GDS ET A VOTRE VETERINAIRE

 

Article tiré du site du GDS Poitou-Charentes

[Haut]