Caractéristiques de la Néosporose

/ /  VOIR LES ACTIONS

 

La néosporose est apparue relativement récemment. On la rencontre de plus en plus dans les élevages de la Région Aquitaine.
virus-neosporose01virus-neosporose02

La néosporose est une maladie due à Neospora caninum, un parasite microscopique du chien, de la famille des coccidies (comme Besnoitia et Toxoplasma).

Elle cause principalement des avortements, le plus souvent entre 4 et 6 mois de gestation. On constate parfois la naissance de veaux anormaux. Les vaches, elles, ne semblent pas malades et peuvent avorter plusieurs fois.

La néosporose compte parmi les trois principaux agents responsables d’avortement infectieux chez les bovins avec la BVD et la Fièvre Q.

MODE DE CONTAMINATION
Au départ, le parasite est transmis à la vache par un chien. Le chien, lui, se contamine en mangeant les placentas ou les avortons.

Neosporose - ContaminationLe chien héberge la forme adulte du parasite et élimine les « œufs » dans ses excréments. La vache adulte se contamine en mangeant des aliments souillés par des déjections canines contenant des œufs.

Les canidés sauvages, tels que le renard, semblent aussi capables de transmettre la néosporose aux vaches.

Chez la vache, la forme larvaire envahit l’organisme et 3 cas de figure peuvent alors se présenter :

  • La vache n’est pas gestante : on ne remarque rien.
  • La vache est pleine, elle avorte.
  • La vache est pleine, elle n’avorte pas. Dans ce cas, le veau à naître peut se contaminer dans l’utérus et il sera porteur de la maladie.

Dans chacun de ces trois cas, le parasite se loge ensuite dans le cerveau du bovin. A chaque gestation, il pourra se remultiplier et provoquer des avortements ou des contaminations dans l’utérus. Environ 40% des vaches porteuses du parasite avortent.

Ainsi, une vache séropositive peut s’être contaminée de deux façons : soit par des déjections canines (contamination horizontale), soit quand elle était dans l’utérus de sa mère (contamination verticale).

Il est maintenant reconnu que la voie la plus fréquente est la contamination intra-utérine, par la mère.

ATTENTION : il faut bien comprendre que la transmission directe de vache à vache est très peu probable. On peut donc prendre le temps d’engraisser une vache porteuse avant de l’éliminer.

Notons bien qu’une vache porteuse du parasite, si elle n’avorte pas, a 80 % de chance de transmettre la maladie à ses descendances.

Au départ, le parasite est transmis à la vache par un chien. Le chien, lui, se contamine en mangeant les placentas ou les avortons.

Neosporose - ContaminationLe chien héberge la forme adulte du parasite et élimine les « œufs » dans ses excréments. La vache adulte se contamine en mangeant des aliments souillés par des déjections canines contenant des œufs.

Les canidés sauvages, tels que le renard, semblent aussi capables de transmettre la néosporose aux vaches.

Chez la vache, la forme larvaire envahit l’organisme et 3 cas de figure peuvent alors se présenter :

  • La vache n’est pas gestante : on ne remarque rien.
  • La vache est pleine, elle avorte.
  • La vache est pleine, elle n’avorte pas. Dans ce cas, le veau à naître peut se contaminer dans l’utérus et il sera porteur de la maladie.

Dans chacun de ces trois cas, le parasite se loge ensuite dans le cerveau du bovin. A chaque gestation, il pourra se remultiplier et provoquer des avortements ou des contaminations dans l’utérus. Environ 40% des vaches porteuses du parasite avortent.

Ainsi, une vache séropositive peut s’être contaminée de deux façons : soit par des déjections canines (contamination horizontale), soit quand elle était dans l’utérus de sa mère (contamination verticale).

Il est maintenant reconnu que la voie la plus fréquente est la contamination intra-utérine, par la mère.

ATTENTION : il faut bien comprendre que la transmission directe de vache à vache est très peu probable. On peut donc prendre le temps d’engraisser une vache porteuse avant de l’éliminer.

Notons bien qu’une vache porteuse du parasite, si elle n’avorte pas, a 80 % de chance de transmettre la maladie à ses descendances.

[Haut]