Les actions

/ / VOIR LES CARACTÉRISTIQUES
DE LA MALADIE

Basée sur le volontariat des éleveurs depuis le milieu des années 90, la prophylaxie IBR s’est étendue par arrêté ministériel en 2006 à l’ensemble des exploitations bovines françaises, essentiellement dans l’optique d’éviter des pertes liées à des demandes de garanties additionnelles au commerce international (Allemagne, Italie).
Ces mesures concernent le dépistage généralisé en prophylaxie et à l’introduction d’animaux pour l’élevage, ainsi que la gestion des positifs (réforme et vaccination).

Pour autant, seul l’engagement volontaire et individuel au respect du cahier des charges national A.C.E.R.S.A. permet d’obtenir une appellation certifiée « Cheptel Indemne d’I.B.R. » portée sur les attestations sanitaires des bovins. L’engagement se fait sur simple demande auprès du G.D.S de votre département.

Le dépistage généralisé

1. Contrôle à l’introduction
  • Obligatoire et systématique quel que soit l’âge de l’animal et au plus tard dans les 10 jours suivant son arrivée lorsque le bovin n’est pas issu d’un cheptel « Indemne d’IBR ».
  • Un contrôle avant la vente exécuté chez le vendeur est possible si celui-ci n’est pas certifié « indemne d’IBR » à condition qu’il soit effectué au plus tôt 15 jours avant l’arrivée de l’animal dans son cheptel de destination.
  • Les cheptels dérogataires (engraisseurs en bâtiment fermé titulaires d’ASDA de couleur jaune), de même que les bovins dont la vaccination (en cours de validité) est certifiée par un vétérinaire sanitaire, ne sont pas soumis à cette législation.

>> En savoir plus sur les contrôles à réaliser à l’introduction

2. L’I.B.R. : un vice rédhibitoire
  • L’IBR est considéré comme vice rédhibitoire dès lors que le résultat d’analyse est non négatif (positif ou douteux).
  • L’acquéreur peut faire valoir son droit à la rédhibition dans les 30 jours à compter de la date de livraison de l’animal, si le prélèvement sanguin recherchant l’IBR a été réalisé dans les 10 jours à compter de la date de livraison de l’animal.
3. Prophylaxie collective annuelle obligatoire

Depuis le 27 novembre 2006, toute exploitation de bovins doit être contrôlée annuellement vis à vis de l’I.B.R. par analyses sérologiques sur :

  • mélange de sérums sanguins pratiqué sur tous les animaux de 24 mois et plus ;
    > tout résultat non négatif sur mélange de sérums sanguins est obligatoirement complété par une recherche individuelle sur chacun des sérums le composant
  • lait de mélange produit par le troupeau contrôlé ;
    > tout résultat non négatif (positif ou douteux) confirmé sur lait de mélange conduit au contrôle par analyses sur sang de tous les bovins de 24 mois et plus.
4. Conséquences de résultat d’analyse non négatif sur le bovin
  • Tout animal ayant présenté un résultat d’analyse individuelle positif ou douteux soit lors de contrôle à l’introduction, soit en prophylaxie doit faire l’objet, dans les deux mois suivant la notification du résultat d’analyse, d’une primo-vaccination contre l’IBR réalisée par le vétérinaire sanitaire selon les modalités de mise sur le marché du vaccin utilisé.
  • Par dérogation, les animaux destinés à être abattus dans les 2 mois suivant la notification du résultat non négatif peuvent ne pas être vaccinés.

La certification IBR est une démarche volontaire et facultative qui apporte une garantie sanitaire supplémentaire lors de transactions, de rassemblements d’animaux (estives, concours…).

Dans chaque département, le Schéma Territorial de Certification (STC) gère la certification IBR des élevages volontaires. Le STC est composé du Groupement Technique Vétérinaire (GTV), du Laboratoire Départemental d’Analyse et du GDS (coordinateur).

La certification IBR d’un élevage s’affiche sur les cartes vertes.

Deux cas de figures :

« INDEMNE IBR » (ACERSA « A ») :
Tous les bovins du cheptel sont négatifs et bénéficient de l’appellation.
« Contrôlé en IBR » (ACERSA « B ») :
La circulation virale a été stoppée.
Les animaux de moins de 48 mois sont négatifs et sont sous appellation.
Certains bovins de plus de 48 mois sont positifs en IBR et vaccinés.
A quoi et à qui sert-elle ?
Je vends :

La certification IBR de mon élevage m’aide à répondre
aux exigences sanitaires des éleveurs acheteurs.

J’achète :

La certification de l’élevage me garantit le suivi sanitaire du cheptel et le statut du bovin.

Le cahier des charges

Rappel sur l'acquisition et le maintien des appellations IBR

Rappel sur l’acquisition et le maintien des appellations IBR

La valorisation de la certification

L’appellation est portée sur l’ASDA une fois les critères de certification satisfaits.
L’acquisition d’une appellation permet, en cas de résultat non négatif, une expertise sur le sérum sanguin avec une deuxième méthode d’analyse et ainsi, d’éliminer d’éventuels résultats aberrants.

La certification en Aquitaine
Nombre de troupeaux certifiés 24 33 40 47 64 Aquitaine
2009 671 402 357 470 832 2732
2010 659 405 349 417 886 2716
2011 855 405 340 398 892 2839
2012 1030 379 334 437 978 3158
Comment acquérir la certification
  • Faire une demande au GDS d’un document d’engagement dans la démarche de certification IBR.
  • A réception de ce document le GDS étudie le dossier. Dans la majorité des situations, vous pouvez acquérir la certification très rapidement suite à cette demande grâce à la prise en compte de l’historique des dépistages de prophylaxie.

Par exemple en cheptel allaitant :

  • si vos deux dépistages précédents sont négatifs et qu’ils ne sont pas espacés de moins de 3 mois ou de plus de 15 mois…
  • et si toutes les achats effectués depuis la dernière prophylaxie ont été correctement contrôlées, c’est-à-dire avec une prise de sang dans les 10 jours suivant la livraison et une seconde 30 jours plus tard si l’animal ne provient pas d’un cheptel certifié.
  • > Vous obtenez directement la qualification.

Pour une meilleure maîtrise de la circulation virale

Gestion des introductions
  • Contrôler systématiquement tout bovin introduit.
  • Respect de la quarantaine : l’animal acheté ne doit pas être mis en contact avec le reste du troupeau avant l’obtention du résultat négatif de l’analyse.
  • Rédhibition des bovins non négatifs.
  • L’achat d’animaux issus de cheptels certifiés amène une garantie complémentaire.

>> En savoir plus sur les contrôles à réaliser à l’introduction

Réforme des bovins non négatifs
  • Moyen le plus efficace pour l’assainissement d’un cheptel.
Vaccination des bovins non négatifs
  • Respect des rappels vaccinaux (selon l’AMM du vaccin utilisé).
  • Vaccination RAPIDE des nouveaux bovins dépistés non négatifs.
Éviter la vente d’animaux non négatifs à l’IBR pour l’élevage
  • Même s’ils sont vaccinés correctement.
  • Si le résultat était connu avant la vente, il s’agit d’un dol.
Élargir le dépistage aux bovins de 12 à 24 mois
  • En cas de circulation virale et de contamination d’un nombre important d’animaux.
  • Pour une détection plus précoce et une limitation de la contamination du cheptel.

 

Pour connaitre la situation et les actions spécifiques de votre GDS, cliquez sur votre département dans la carte ci-contre :

Aquitaine

Pyrénées-Atlantiques Landes Lot-et-Garonne Gironde Dordogne
[Haut]